Saint-Côme et Saint-Damien

L'église de Villebon-sur-Yvette a d'abord été une chapelle, construite par Nicolas de Thou entre 1587 et 1590, au château. En 1658, la paroisse de Villebon fut créée par détachement de celle de Palaiseau, au nom de Jean-François-Paul de Gondi, archevêque de Paris et cardinal de Retz, à la demande de Nicolas Potier de Novion, La chapelle fut agrandie pour devenir l'église paroissiale Saint-Côme et Saint-Damien.

Intérieur de l'Eglise Saint-Côme et Saint-Damien

Pourquoi cette invocation ?

Le banquier italien Cosimo de'Medici, premier dirigeant de la république de Florence, est Cosme l'ancien, grand-père de Catherine de Médicis venue en France lorsqu'elle devint Comtesse d'Auvergne (1524), reine de France (1547 -1559), mère de 3 rois et 2 reines, Régente de France de 1560 à 1564. Les Medicis, comme ce nom le suggère, étaient à l'origine une famille de médecins, qui avait choisi naturellement les saints Côme et Damien comme "patrons". Seigneur de Courances en 1548, Côme Clausse y fit un aménagement paysager et hydraulique. Il vendit le château de Courances à la famille Gallard en 1622. Puis Courances, grevé de dettes, fut cédé à Catherine de Gallard, veuve du seigneur de Villebon, Nicolas Potier de Novion, en 1693. Elle réinstalla les droits anciens, restaura moulins et viviers, agrandit l'exploitation agricole, adossée au château et au parc.

Le cardinal de Retz, fut le 4e Gondi archevêque de Paris de 1654 à 1662. Une branche des banquiers Gondi de Florence était arrivée en France avec les Médicis. Pour plaire à son ami Nicolas Potier de Novion, l'archevêque Jean-François-Paul de Gondi accepta de créer la paroisse de Villebon, parraina et donc nomma son église "Saint-Côme et Saint-Damien" par révérence à la Régente.

Des médecins arabes chrétiens

La légende dit que les frères jumeaux Côme et Damien exerçaient gratuitement (anagyres) la médecine au IIIe siècle, à Égée (Haylazli, ancienne Alexandrette) en Cilicie (sud de la Turquie actuelle). Ainsi diffusaient-ils la foi chrétienne parmi leurs patients. Lors de la persécution de Dioclétien, le proconsul Lysias fit arrêter Côme et Damien, leur ordonna de renier leur foi. Lysias essaya tous les supplices (noyade, feu...). De guerre lasse, il les fit décapiter avec trois autres frères Anthime, Léonce et Euprepius, martyrs le 27 septembre 287. La Basilique de Saint-Cosme et Saint-Damien de Rome élevée en 526, fut la première église chrétienne à s'installer dans un temple du Forum. Les reliques des saints furent apportées à Munich en 1649 (église Saint-Michel) par le duc Maximilien Ier de Bavière (1573-1651).

La Confrérie des Chirurgiens

La Confrérie de Saint-Côme et de Saint-Damien mise en place par Louis IX en 1212, fut la première association professionnelle de chirurgiens en France. À cette époque Jean Pitard, premier chirurgien du roi, en créant la confrérie, distingue les chirurgiens de robe longue qui doivent désormais passer un examen devant leurs pairs avant d'exercer, des chirurgiens de robe courte ou barbiers qui ne sont chargés que des interventions "minimes". La confrérie s'installe dans les dépendances de l'église Saint-Côme à Paris.

En 1656, par arrêt du parlement de Paris, dont le Président à mortier est Nicolas Potier, la Confrérie des chirurgiens fusionnera avec celle des barbiers, qui rasent, saignent et accouchent. C'est l'époque de la création de la paroisse de Villebon (1658). L'amphithéâtre de Saint-Côme, inauguré le 19 novembre 1616, reconstruit en 1694, est encore visible de nos jours à Paris.

Amphithéâtre édifié pour la Confrérie des chirurgiens de Paris, visible aujourd'hui à l'École de médecine de Paris.

Quelques unes des églises Saints-Côme et Damien dans le monde

La plus ancienne en France serait l'église de Luzarches (Val-d'Oise, 775), parmi les biens donnés par Charlemagne aux religieux de l'abbaye de Saint-Denis. En Essonne, outre Villebon-sur-Yvette, Monnerville a une église Saints-Côme et Damien (XIIe) et Épinay-sous-Sénart (Essonne) l'église Saint-Damien de Veuster, inaugurée le 15 juin 2009. L'église Saint-Côme et Saint-Damien (École de médecine) construite à Paris en 1212 fut détruite en 1836. L'église Saints-Cosme et Damien de Zeinheim (Bas-Rhin) est du XIIIe siècle. Une église Saint-Côme et Saint-Damien a été fondée par la paroisse orthodoxe d'Avignon en 1979. Les paroissiens de Naizin (Morbihan) revendiquent le patronage de Saint Cosme et Saint Damien depuis le IXe siècle. L'ancienne chapelle de Rojado à Pleubian (Côtes-d'Armor) leur était dédiée, leurs statues de bois se trouvent en l'église paroissiale Saint-Georges.

Ont une église dédiée aux Saints Côme et Damien : le couvent franciscain de Sartène (Corse), Cuire (à Caluire-et-Cuire, Rhône, 1963), Chamboulive (Creuse, XIIe), Saint-Côme d'Olt (Lot, 1522) avec son curieux clocher flammé "tordu", Rogliano, hameau de Bettolace (Corse), Hiesville, Tanis et Saint-Côme du Mont (Manche, XIIe), Saint-Côme de Fresné (Calvados, XIIe), Isernia, ville du Comté de Molise (Italie), Lastovo, île face à Dubrovik (Yougoslavie, XVe), Igarassu (Brésil, 1537). Bruxelles a une paroisse Saints-Côme et Damien, de culte orthodoxe. Enfin l'église Saints-Côme et Damien de Moscou (XVIe) sur la colline Saint-Jean, rue Maroseïka, est aujourd'hui un bâtiment classique de 1791-1793 (architecte Kazakov). Vers 1930 sa destruction était programmée ; l'église devint une blanchisserie, un entrepôt puis un local d'archives et fut restituée par l'État au patriarcat orthodoxe en 1993.

Pourquoi était-il dans l'air du temps de prendre le prénom de Côme ou de nommer Saint-Côme et Saint-Damien des églises ? Probablement pour s'opposer à l'absolutisme car ces saints "retrouvés", médecins gratuits, donnaient du sens aux préoccupations et aux changements qui s'opéraient dans la société à la fin du XVIIe siècle.

Pour l'Atelier d'histoire locale
et de valorisation du patrimoine
"Le temps des cerises"
de la MJC Boby-Lapointe
Pierre Gérard